Les faux visages -Mokotakan 2ème partie-

mokotakan-5

Sur le site amérindien Mokotakan, mon guide Simon poursuit son histoire

« Faux Visage était là depuis la Création.  Et il prétendait être le maître du monde, être celui qui l’avait créé.  Évidemment quand le Créateur eut vent des insolences de Faux Visage, il partit voir cet individu qui s’imaginait plus grand que Lui.  Arrivé devant Faux Visage, le Créateur lui demanda de prouver sa valeur et ses pouvoirs.  Il lui demanda s’il pouvait bouger la montagne.  Faux Visage, anxieux de démontrer ses talents, s’adossa à la montagne et commença à pousser, pousser, pousser encore…

Et la montagne s’ébranla, elle bougea! De quelques centimètres à peine, mais tout de même, elle avait bougée.  Faux Visage se mit alors à narguer le Créateur, arguant qu’il était le plus fort de tous.  Le Créateur décida alors de démontrer à Faux Visage qui Il était…  Et Il fit bouger la montagne, mais Il la fit bouger de façon tellement puissante, que Faux Visage, surprit, se retourna rapidement et s’écrasa le visage sur le flanc de la montagne, le nez cassé…

-« Dorénavant ton énergie servira à guérir les gens » s’exclama le Créateur, et Faux Visage acquiesça.  Ainsi est née la société des faux visages, à l’intérieur de laquelle l’homme-médecine commémore cette légende et reproduit l’énergie de Faux Visage afin d’aider les gens malades. »

Voilà une des nombreuses légendes que j’ai pu entendre durant ma visite du site amérindien Mokotakan.  J’ai fait la visite avec un couple de Français ma foi, fort sympathique.   Au-delà de cette ambiance qui m’a complètement submergé, le site est extraordinaire, toutes les nations du Québec y sont représentées, un audio-guide vous permet d’en apprendre un peu plus sur l’ensemble des constructions amérindiennes et sur l’évolution de ces sociétés magnifiquement bien organisées, contrairement à ce que les premiers Européens pouvaient penser.

La tradition orale est perpétuée, c’est ainsi que les Amérindiens fonctionnaient, et c’est encore la meilleure façon de s’imprégner de leurs cultures.  Certains Mi’kmaq pouvaient vivre jusqu’à 130 ans (!) et prônaient déjà la sauvegarde des arbres et le maintien de l’environnement lorsque Québec détenait le monopo le mondial de la fabrication de navires.

Nos fameuses épluchettes de blé d’Inde sont d’inspiration amérindienne, la fête de la récolte était déjà populaire à l’époque.  Les Amérindiens cultivaient d’ailleurs les 3 soeurs.  Soit le blé, la courge et la fève, chacune protégant l’autre et permettant ainsi des récoltes grandioses, bien avant l’usage « évolué » des pesticides.

Le peuple de la Terre m’en a beaucoup appris lors de mon passage en son sol.  L’expérience est rafraîchissante (et non seulement parce qu’il pleuvait…), agréable et accessible à toute la famille.  Le site amérindien Mokotakan, situé à l’Auberge du Trappeur est le complément parfait à une visite au parc national du Canada de la Mauricie.  En fait, le site vous offre des activités phénoménales: la visite du musée de la faune, l’observation d’ours et d’orignaux, l’hébergement et l’expérience Mokotakan vous permettront d’apprécier encore plus votre passage dans le parc.  Tous y gagneront à vivre cette activité qui nous rapproche un peu plus des peuples amérindiens.

Afin de respecter l’origine Wendat-huron du guide Simon, je vous saluerai ainsi:

Kweh! et à bientôt…


Created with Admarket’s flickrSLiDR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *